Comment améliorer la qualité de vie au travail ?

4 mars 2020

Partager ce contenu :

Qualité de vie au travail : Définition

Apprendre à se relaxer

Se préoccuper de la Qualité de Vie au Travail revient, selon l'Agence nationale pour l'amélioration des conditions de travail (Anact), à imaginer des actions qui permettent de concilier à la fois l’amélioration des conditions de travail pour les salariés et la performance globale de l'entreprise. Depuis 2013, avec l'instauration de l’Accord National Interprofessionnel, les sociétés sont encouragées à mener des politiques favorisant de meilleures conditions de travail des employés. Mais la Qualité de Vie au Travail (QVT) va plus loin. Selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), il s’agit d’un large champ conceptuel, englobant de manière complexe la santé physique de la personne, son état psychologique, son niveau d’indépendance, ses relations sociales, ses croyances personnelles et sa relation avec les spécificités de son environnement. Au-delà de l’aspect santé au travail, l'orientation pour promouvoir la qualité de vie au travail vise à améliorer le climat social et les relations humaines au sein des entreprises.

 

Pourquoi améliorer la qualité de vie au travail ?

Le monde du travail ne cesse d'évoluer et de nouvelles configurations apparaissent. Conscientes de la nécessité de prendre soin de leurs employés, les entreprises ne s'imposent plus systématiquement dans un rapport de hiérarchie verticale avec les collaborateurs. Les Ressources Humaines s'engagent à améliorer les conditions de travail, et en parallèle, stimuler la performance globale. Ces enjeux ont été inscrits dans la législation depuis 2016. La loi Rebsamen oblige les entreprises à négocier sur la QVT et l’égalité professionnelle. Sont concernées de vastes questions comme la protection sociale et complémentaire des salariés, l'égalité femmes-hommes, le handicap, l’insertion professionnelle et le maintien dans l’emploi, la pénibilité, le droit d’expression et le dialogue social, la conciliation des entretemps de vie professionnelle et privée, et enfin, la qualité de vie au travail. En somme, la QVT prend en compte l'environnement de travail et le rapport à la vie familiale. 87 % des salariés estiment qu’une bonne qualité de vie au travail profite à la fois aux salariés et aux entreprises, selon une enquête réalisée par TNS Sofres.

Pour contribuer à améliorer la situation des employés, les démarches managériales remettent au cœur du système l'épanouissement personnel. Les relations sociales, l'environnement de travail, l'organisation des tâches, la conciliation entre vie privée et vie professionnelle sont revues avec une visée bienveillante. Loin d'être accessoires, ces politiques entrepreneuriales permettent de motiver le personnel. En ravivant l'engagement des salariés, la société gagne nécessairement en performance. Stress au travail, sentiment d’inutilité, procrastination, burn out... les multiples pressions psychiques ressenties par les employés ne sont pas nécessairement visibles. Offrir une qualité de vie satisfaisante au personnel permet d'insuffler un nouvel esprit d'équipe, un environnement de travail sain et au final, une réelle motivation pour les salariés. Aussi, une entreprise qui entend pérenniser la démarche se dote d'une image de société bienveillante qui saura attirer de nouveaux talents.

 

Quelques exemples d'actions pour améliorer la qualité de vie au travail

Quelle que soit la taille de l'entreprise, il est possible de mettre en place des initiatives concrètes et simples. D'un point de vue organisationnel, les orientations managériales inciteraient les entreprises à s'ouvrir au télétravail de manière à concilier les agendas professionnel et privé avec une plus grande souplesse, à instaurer un réel à droit à la déconnexion de manière à laisser les salariés souffler pendant les congés etc. Les RH peuvent également faire appel à des professionnels pour animer des ateliers de bien-être ou faire venir des experts pour apprendre à opter pour une bonne posture au bureau.

Mais les actions pratiques du quotidien ne sont pas à sous-estimer. Par exemple, végétaliser un open space permet d'apaiser l'environnement en apportant littéralement de la vie. Il est recommandé également d'aménager une salle de pause pour que les salariés puissent se retrouver, se distraire et déconnecter.

Personne faisant la sieste dans un Relax en salle de sieste

Pour rappel, le Code du travail impose un temps de pause minimum de 20 minutes pour tout temps de travail journalier d'au moins 6 heures. De plus en plus d’entreprises sont sensibles à l'idée du bien-être au travail, d’autant plus que s'accorder un moment de détente augmente la productivité. Dans une atmosphère cosy et zen, chacun peut se relaxer au sein même des locaux professionnels. Pour aménager cette salle de repos, un mobilier adapté apportera un véritable plus pour instaurer un moment de relaxation au travail. Au-delà d'une décoration apaisante, il faudrait privilégier des assises confortables. Un tel qu’un fauteuil relax permet notamment de soulager les lombaires, d’apaiser la respiration et de faciliter la circulation sanguine. La plupart des arrêts de travail seraient en effet liés à des troubles musculo-squelettiques. Or un mobilier de relaxation adapté peut suffire à améliorer le bien-être au travail et préserver la santé des salariés. Ces gestes simples sont déterminants pour instaurer des conditions de travail agréables. Au-delà de la santé et sécurité, la qualité de vie des employés est essentielle pour forger un esprit d’entreprise durable.